Environnement

La Fondation PHRAGMITES signataire du contrat « corridors biologiques Vesancy-Versoix »

Le 27 février 2014, dans le cadre du projet d’Agglomération franco-valdo-genevoise « Grand Genève », un nouveau contrat « corridors biologiques » transfrontalier a été signé en présence de représentants du Canton de Vaud, de la République et Canton de Genève, du Département de l’Ain et de la Région Rhône-Alpes.

Eléments de liaison entre les habitats naturels, les corridors biologiques jouent un rôle primordial pour la circulation de la faune et la préservation de la biodiversité dans notre région. Les cordons boisés, les haies, les cours d’eau, voire un simple tuyau passant sous une route sont autant de précieux éléments utilisés par la faune pour se déplacer.

Le contrat corridors biologiques Vesancy-Versoix s’étend sur un périmètre de 17’700 hectares caractérisé par de nombreux massifs boisés, un réseau de milieux humides alimenté principalement par la Versoix et des espaces agricoles situés entre les pieds du Jura et le lac Léman. Il prévoit un programme d’actions sur 5 ans comprenant au total 52 mesures dont une en particulier concerne Mies puisqu’elle prévoit la restauration du marais du Grand Bataillard (marais de la Versoix) où la Commune est propriétaire de deux parcelles.

S’étant spécifiquement engagée à cofinancer ce projet, la Fondation PHRAGMITES, est, elle aussi, signataire du contrat corridors biologiques Vesancy-Versoix. Mme Catherine Strehler-Perrin, Cheffe de division à la Direction générale de l’environnement, a salué cet engagement en insistant sur l’aspect novateur de la collaboration entre un partenaire privé et le Canton de Vaud.

Hubert J. du Plessix, Conseiller communal à Mies, Président Fondation PHRAGMITES

Chantier de revitalisation de la Gouille Marion

agendé en août-septembre 2018

Chantier de renaturation du Nant de Braille
(Photos et textes de H. Jochaud du Plessix)

Situé juste à la frontière entre la Commune de Versoix et celle de Mies, le Nant de Braille a fait l’objet de travaux importants de renaturation. Ceux-ci ont visé à améliorer l’habitat piscicole plus particulièrement celui de la Truite lacustre. Un passage à faune terrestre a également été aménagé sous la route de Suisse permettant ainsi aux animaux de passer en toute sécurité dans la Réserve de Faune du creux des Crénées.

Août 2012 :

Les travaux ont débuté au mois d’août 2012 et se sont poursuivis jusqu’en novembre sous l’égide du Service de la renaturation des cours d’eau du Canton de Genève.

Chantier de renaturation du Creuson

27 janvier 2011: Les travaux ont débuté et le fond du lit et des pieds de berges en béton ont été démontés. D’après la première séance de chantier, celui-ci devrait durer 2 mois.

7 février 2011: Le chantier de revitalisation du Creuson se déroule comme prévu. Après avoir été démantelés, les éléments en béton qui constituaient le lit du ruisseau et les pieds des berges, ont été évacués. Les terrassements en pleine masse ont commencé, le lit du cours d’eau étant élargi. Les premiers méandres « naturels » apparaissent !

12 février 2011: La revitalisation du Creuson se poursuit, avec la mise en eau d’un premier tronçon de 80 mètres linéaires, sur lequel, le ruisseau coule maintenant dans son nouveau lit. Des aménagements spécifiques (blocs de rochers, tas de boulets, souches enterrées, rondins) ont été pratiqués ici ou là pour stabiliser les berges et constituer des habitats propices à la faune et à la flore.

19 février 2011: Afin de faire le lien entre l’étang créé en 2009 par le Service des Forêts et le Creuson, un chenal passant par deux terrasses est effectué et récupère les eaux de drainage du chemin. Les gouilles ont des profondeurs variables, afin de garantir aux batraciens un niveau minimum d’eau pendant l’été. Cette zone est particulièrement propice au sonneur à ventre jaune (cf. photo ci-contre).

26 février 2011: Par endroit le lit du Creuson est fortement élargi de façon à obtenir un méandrage naturel. L’eau peut ainsi s’écouler de part et d’autre de petites îles constituées de blocs de pierres, de galets et de vieilles souches. La rive a été taillée à la verticale formant sur quelques mètres une petite falaise, habitat propice au martin-pêcheur d’Europe, cet oiseau creusant un terrier dans le bord des berges pour y déposer ses oeufs.

12 mars 2011: La première phase des travaux est achevée. Au printemps, les berges sont ensemencées avec de la fleur de foin provenant du fauchage de la berge du Creuson située plus en amont et la nature devrait reprendre ses droits rapidement.

A ce stade, tous les intervenants à ce premier projet de revitalisation sont enthousiastes quant au résultat atteint et le SESA devrait renouveller l’expérience plus en amont.

Le verdict final sera rendu par l’Agrion de Mercure (espèce de libellule) qui, espérons le, appréciera son nouvel habitat.

La Fondation Phragmites (nom latin du roseau) a pour but d’encourager la protection, l’entretien, le suivi scientifique et l’aménagement didactique d’espaces naturels comme les zones humides, les étangs, les bois ou les rives lacustres.

La Fondation Phragmites, ayant son siège à Mies (Vaud), soutient des projets ayant un fort aspect local, principalement en Suisse Romande et plus particulièrement dans la région allant de Genève à Gland.

La Fondation Phragmites est sans but lucratif et a été reconnue d’utilité publique. Elle est inscrite au registre du Commerce du Canton de Vaud et est placée sous l’Autorité de surveillance du Département fédéral de l’intérieur à Berne.